Modeste Gnakpa: «Mon échec à Binche? Entièrement de ma faute»

Quelques jours après l’annonce de sa signature, Modeste Gnakpa revient sur son arrivée à Ransart et son échec à Binche.

Modeste, comment en êtes-vous arrivé à signer à Ransart ?

J’étais déjà en contact avec le club la saison passée. Nous avions négocié et l’affaire était en bonne voie mais Binche est entré dans la danse entre-temps et m’a fait réfléchir. J’ai donc privilégié cette opportunité de jouer une dernière saison au niveau national et Nicolas Flammini l’a très bien compris. Et à l’annonce de la fin de la saison, j’étais à la recherche d’un club et Damien (NDLR : Miceli, avec lequel il a joué à Monceau) est revenu à la charge en me demandant si ce défi m’intéressait toujours. Je n’ai cette fois plus hésité.

Vous parlez d’une « dernière saison en Nationale », doit-on comprendre que vous ne comptez plus y évoluer ?

Si, bien sûr, je ne ferme aucune porte. Mais disons que ce que je veux aujourd’hui, c’est y arriver avec Ransart. Ce serait beau. J’ai déjà raté la montée avec Monceau, et j’espère que ça ne se reproduira pas si l’opportunité nous est donnée avec cette nouvelle équipe.

Comment s’est passée votre expérience à Binche ?

Pas très bien, à vrai dire. Je suis arrivé avec un excédent de poids. Comparé à mes partenaires, je n’avais presque rien fait avant la reprise. J’avais donc besoin de temps pour retrouver mes sensations. Au final, je n’ai pas du tout joué et j’en suis responsable. Binche est un super-club auquel je souhaite le meilleur. Je n’ai simplement pas été à la hauteur de ce qu’on était en droit d’exiger de moi. Cet échec est entièrement de ma faute.

Avez-vous eu d’autres touches ces derniers mois ?

Luka (NDLR : Lazitch) m’a contacté en me demandant si j’étais intéressé par le fait de revenir à Monceau. Mais c’était il y a deux-trois mois et donc trop tôt pour que je me prononce. Et de toute façon, le fait de découvrir quelque chose de nouveau à Ransart me plaît davantage. D’autant que je vais y retrouver des gagneurs comme Miceli et Courtin. Quand j’étais à Binche et que nous avions affronté Ransart en Coupe (NDLR : victoire 1-4 des Binchois), j’ai pu constater à quel point il y avait de la qualité dans ce groupe. Ça risque d’être une bonne saison.

© Cyrille Carlier – SudPresse Sports – 05/03/2021