Georgios Kaminiaris est le premier renfort du RAEC Mons

Georgios Kaminiaris est de retour au RAEC Mons ! Six ans après avoir vécu la faillite et le dépôt de bilan, le back gauche revient afin d’aider le club à quitter la D3 ACFF.

Sans faire de bruit, la direction de la Renaissance Mons s’active en coulisses pour renforcer son noyau et mettre toutes les chances de son côté afin de quitter la D3 ACFF au terme de la saison prochaine. Le nom du premier renfort est connu et déjà passé par le stade Tondreau en 2014-15 : Georgios Kaminiaris. « C’était… inattendu ! », commente le joueur. « Je partais réellement dans l’idée de rester à Binche, près de mon domicile, car à 32 ans, j’estimais le moment venu de me « poser » et de m’inscrire dans la durée. Et puis, un appel de Sandro Cordaro, louviérois lui aussi, a tout changé… »

Séduit par les ambitions, et le renouveau du club présentés par Fred Herpoel, mais aussi par l’idée de reprendre une aventure qui s’était arrêtée trop brusquement voilà six ans, le back gauche a paraphé un bail de deux saisons ce lundi. « J’ai été réglo avec les dirigeants binchois en prévenant rapidement Gianni Volpe, le manager, qu’une proposition m’était parvenue. Ma première expérience à Mons et la façon dont elle s’est terminée m’ont beaucoup marqué. J’avais déjà vécu une faillite à la RAAL, en 2009, mais celle de l’Albert n’a laissé personne indifférent non plus. Nous, les joueurs, savions que nous allions retrouver une équipe, mais tous ces gens qui gravitaient autour du club, qui y bossaient, et puis ce public… Nous avons vraiment ressenti quelque chose de particulier, de profondément triste ».

Avec quel coach ?

Passé notamment par les Francs Borains, Ostende, l’Union Saint-Gilloise, l’Olympic et Rebecq, le Louviérois attend désormais de connaître l’identité de son futur entraîneur. « Quand j’ai pris la décision de rejoindre Mons, je pensais travailler avec Luigi Nasca », poursuit-il. « Finalement, j’ai appris quelques instants plus tard qu’il ne resterait pas. L’équipe dirigeante m’a montré un tel intérêt que cela n’aurait rien changé à ma décision ». Reste à savoir si le foot amateur reprendra normalement… « Si la saison débute, j’espère simplement qu’elle ira à son terme, qu’on se remette à jouer pour de bon, sans interruption ni incertitudes permanentes ».

Employé à l’hôpital de Jolimont, Georgios Kaminiaris sait que la majeure partie de sa carrière est derrière lui. « Mons sera peut-être mon dernier club, qui sait ? J’ai cru comprendre que les ambitions étaient très intéressantes, que le noyau tiendrait la route la saison prochaine. De bon augure ! »

Les grandes manœuvres ont débuté au stade Tondreau. Prochaine étape : un coach.

© Maximilien Wilgaut – SudPresse Sports – 12/02/2021