Debelic : « Séduit par le projet binchois »

Prêté par la RAAL, au même titre que son compère Mathieu Despontin, le nouveau transfuge offensif de la RUSB soigne sa condition en individuel en attendant de pouvoir découvrir prochainement ses coéquipiers.

A la rechereche d’un élément offensif pour renforcer sa ligne d’attaque, la cellule sportive de la RUSB s’est tournée vers son voisin de la RAAL pour négocier et obtenir l’arrivée De Diego Debelic, 21 ans, à « Vachaudez ». Les Lions obtiennent un renfort de qualité et notre nouveau joueur, la possibilité de se mettre plus régulièrement en évidence. « Ma volonté était de prendre du temps de jeu, à 21 ans et étant encore aux études il y a des propositions qui n’étaient pas envisageables pour moi. J’ai été séduit par le projet binchois, j’y retrouve des similitudes avec celui de la RAAL. Un club ambitieux avec une volonté de bien faire. J’ai eu la possibilité d’aller les voir quelques fois cette saison. Le public présent à ce niveau de compétition a aussi pesé dans la balance. Avant de pouvoir prendre ma décision j’ai discuté avec des joueurs comme Gondry, Arslan ou encore Bailleul. Mes nouveaux coéquipiers, mais surtout et avant tout des amis. J’aurai le plaisir de jouer avec Mathieu Despontin. Ce nouveau venu également  au stade Vachaudez,  c’est plus qu’un ami, c’est mon « frère » .Je suis encore jeune, et c’est le moment pour moi de jouer et prouver ma valeur. Je voulais rester au niveau national, ce n’est pas parce que je passe de la D2 à la D3, que je “redescends” de niveau je n’aime pas ce mot. J’arrive dans un club ou l’ambiance est réputée très bonne et c’est un des points très importants dans ma prise de décision. Avant de me décider, il était important pour moi d’en discuter avec mes parents pour avoir leurs conseils. Ayant déménagé à Haulchin depuis un an et demi, j’aurai l’avantage d’avoir très peu de temps de trajets pour les entraînements ce n’est pas négligeable après une journée de cours ».

Malgré son jeune âge, notre nouvel attaquant présente un parcours très fourni en « élites » chez les jeunes. « Depuis mes débuts dans le football, j’ai eu la possibilité d’évoluer 9 ans au RAEC Mons. A l’âge de 16 ans, je frappais à la porte de l’équipe espoir. Malheureusement la faillite est survenue. J’ai émis la volonté de tenter ma chance dans un club néerlandophone (NDLR : Courtrai). Mes parents ont accepté et se sont investis. Tout se passait très bien mais à l’aube d’ une seconde saison ma scolarité ne me permettait plus de continuer. J’ai eu un court passage au Sporting de Charleroi mais les conditions ne me permettaient pas de m’ épanouir. Le projet de la RAAL a frappé à ma porte et je n’ai même pas réfléchi. Je devais évoluer en espoir, et j’ai eu tout de suite la chance d’intégrer le noyau A. Il m’était néanmoins difficile d’avoir le temps de jeu espéré. En ce qui concerne la RAAL, je n’ai pas oublié non plus de les consulter avant de prendre ma décision. J’aurais pu rester à la Louvière, mais nous étions sur la même longueur d’onde en ce qui concerne mes envies footballistiques. En fin de saison prochaine, nous nous reverrons et nous ferons le point sur la situation. Je ne tourne pas le dos à La Louvière, j’ai tout simplement besoin de jouer et en fonctions de mes attentes le projet binchois sonnait à mes oreilles comme une évidence ».

La découverte des installations binchoises et de ses futurs coéquipiers passe néanmoins par une épreuve de patience, vu le contexte sanitaire actuel. Diego soigne néanmoins sa condition. « Comme tout le monde en ce moment, j’ai faim de foot, je compense par de la course à pied et du vélo mais ce n’est pas suffisant pour moi. Je suis déjà quelqu’un de très peu casanier, pour le moment je ronge mon frein… J’ai un tempérament de compétiteur, quand je monte sur le terrain c’est pour monter ce que je vaux et faire la différence. J’ai donc une cruelle impatience de reprendre le foot et de m’intégrer avec cette nouvelle équipe ».

© Valentin Deblandre – rusbinche.be – ©photo : raal.be